Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

   

 

Un site exceptionnement bien documenté sur Wagner and Cie :

http://richardwagner.free.fr/index_02.htm

link

 

 

 

Note : la quasi majorité des photos sont de moi.

 

 

  Mon premier disque sur Wagner (J'ai 15 ans) et j'ai rêvé des heures devant cette couverture et cette musique! (Direction Jonel Perlea)

 

 

Wagner-cover-Bernard.jpg

 

Maintenant quelques souvenirs personnels de mes visites Wagnériennes :

 

Mon premier opéra dans les nuits Provencales. J'ai 15 ans et je suis marqué à vie! Comme quoi...!

 

Capture-d-ecran-2012-11-19-a-07.53.16.png

 

et la découverte de l'inculture, de l'ignardise crasse des médias et du peu crédibilité à leur accorder

 

(une perle tout de même celle-là) :

cliquer pour agrandir!

 

Capture d’écran 2012-11-18 à 09.04.16

 

 

 

 

Comment j’ai eu mes premières places

à Bayreuth :

 

Régulièrement je m’entends dire : » Ah ! Tu es allé à Bayreuth ?! Il paraît qu’il faut attendre 10 ans

pour avoir des places ! »

Or comme j’y suis allé à 18 ans

les choses se sont donc passé autrement !

 

Capture-d-ecran-2012-10-31-a-11.02.27.png

Capture d’écran 2012-11-18 à 09.04.01J’étais à Strasbourg (sous des arcades que je revois très bien - entre le pont du corbeau et la place Kléber -) et avec l’inconscience de la jeunesse j’entre chez le premier disquaire venu et je demande – avec un aplomb total - :

« avez-vous des places pour le festival de Bayreuth ? » !

Le vendeur ouvre un tiroir et me propose

une place pour Parsifal ! (à un prix raisonable contrairement à ce qu'on croit).

Nous sommes en 1961 et c’est alors la Grrrrrrrrrrande époque : Régine Crespin, Hans Knappertsbusch dans une mise en scène de Wieland Wagner !…

(voir la distribution ci-dessous )

Je suis encore mineur (à cette époque la majorité était à 21 ans!) et ma (fameuse) tante m’accompagne avec notre voisine étudiante en Allemand.

Au 1er entracte  on me demande : « Alors ? » et je réponds « j’en ai plein les YEUX » Ceci à cause des éclairages extraordinaires  de Wieland Wagner !

 

http://bernardcousin.over-blog.com/2018/03/la-desintegration-du-temps-et-de-l-espace-dans-les-mises-en-scene-de-wieland-wagner.html

 

Quoiqu’il en soit je connaissais déjà l’œuvre par cœur… !

 

Les années suivantes les choses ont été plus classiques car j’étais entré dans un fichier et  dès l’automne je recevais régulièrement le programme de l’été à venir !

 

O! la grande époque!

Parsifal à Bayreuth 1961 - C'est mal présenté mais lisez la distribution!

 

Capture-d-ecran-2011-09-04-a-14.29.28---copie.png

 

Capture-d-ecran-2012-10-22-a-15.51.07.png  Capture-d-ecran-2012-10-22-a-15.53.37.png
 Capture-d-ecran-2012-10-22-a-15.56.55.png Capture d’écran 2012-10-22 à 15.57.52 

  Capture-d-ecran-2012-10-22-a-17.15.10.png

De haut en bas et de gauche à droite :

- programme de Parsifal 1961

- Photo de l'original : prélude de Parsifal

- Hans Knappertsbusch

- Régine Crespin

- Chœurs du 1er acte de Parsifal m en sc Wieland Wagner -

 

*

 

 

 

(D'autres photographies et documents sur mes deux premiers Bayreuth - il y en eut d'autres - tout en bas de cette page Wagnérienne et Bavaroise!)

 

*

 

Dans le Bayreuth que j'ai connu en 61 - 62 il y avait encore un champ de blé à-côté du théâtre!

Maintenant c'est un parking!

 

 

Hélas maintenant (2013 ) :

 

http://richardwagner.free.fr/bayreuth_requiem.htm

 

 

 

 

 

 

F1000013

 

Moi (à droite) à Bayreuth, pendant un entracte du Crépuscule des Dieux (on voit le programme)

et vu l'éclairage c'est le 1er entracte! et c’est en 1962 ! (J’ai 19 ans… !).

 

 

- cliquer pour agrandir -

 

 

F1000037.jpg

 

Toujours moi à Bayreuth - sans doute à "l'Ermitage" dans les environs de Bayreuth, là où Wagner reçu Louis II et où d'autres réunions secrètes avaient lieu... (admirez le jet d'eau qui sort de ma tête)!

 

 


 

  F1000039.jpg

La Villa Wesendonck près de Zürick,

là où Wagner flirta avec la maîtresse de maison, Mathilde Wesendonck, ce qui nous valu tout simplement Tristan et les Wesendonck Lieder... et... "l'enchantement du Vendredi Saint"!

(voir : MYSTICISME ABSOLU!)

Aujourd'hui c'est un très beau musée consacré à des sculptures de Bodhisatva.

Capture-d-ecran-2012-05-12-a-17.37.18.png

Capture-d-ecran-2012-05-12-a-18.13.18.png

 

 

F1000023.jpg

 

 

F1000018.jpg


 

Tribschen

 

F1000021.jpg

 

"Tribschen" : "une petite maison toute simple" disait Cosima!

 

F1000029.jpg

 

F1000014.jpg

 

Visite à Tribschen  – l’entrée - cliquer pour agrandir -

 

F1000003

 

Capture-d-ecran-2012-04-11-a-11.44.26.png

 

Visite à Tribschen  – l’entrée - cliquer pour agrandir -

 

F1000015-copie-1.jpg

 

- et la façade. - cliquer pour agrandir -

 

L'inspiration chez Richard Wagner

 

F1000028.jpg

 


 

 

LOUIS II tel qu'il était quand il a rencontré Wagner

 

Louis II :

 

 

- « Les Prussiens qui sont nos ennemis sont aussi nos cousins. Oui, tout ça au sein de la même famille. On se marie, on procréé et on se fait la guerre. Nous sommes tous incestueux, fratricides aussi. Jamais on ne saura pourquoi…

 

 

Le monde qui nous entoure est intolérablement mesquin. Les hommes ne pensent qu’à obtenir la sécurité matérielle. Ils seraient capables de sacrifier leur vie pour y parvenir.

 

Je veux être libre, libre de chercher le bonheur jusque dans l’impossible. »

 

 

Extrait du beau film de Visconti :

 

Louis II :

 

« Si Richard Wagner n’était pas un artiste il serait peut-être un saint. Son génie a une morale purifiante et saine, son âme, son art, une leçon et un antidote contre le mal et la corruption de notre société. Richard Wagner demeurera vivant à-travers l’Histoire parce que l’art est vérité.

 

Ce qui demeure chez un artiste ce ne sont pas ses faiblesses, même si elles vous choquent, mais son œuvre.

 

- Votre Majesté a raison bien sûr, mais, excusez ma franchise, il me semble très dangereux d’autoriser les gardiens de la loi, de l’ordre, des exceptions. Leurs points-de-vue diffèrent radicalement du nôtre. Pour eux en effet Richard Wagner est un homme qui ne fait que gaspiller l’argent des contribuables, Mme von Bülow n’est pas une muse, mais une femme adultère, quant à son mari c’est un infâme opportuniste qui prétend ignorer les rapports immoraux qu’entretient sa femme avec ce Wagner, afin de préserver sa place.

 

- Oh ! c’est odieux ! Odieux ! Odieux !

 

- Non Sire, c’est la vérité… que votre Majesté ne se méprenne pas, les détracteurs de Wagner sont peut-être insensibles à son art mais ils ne l’accusent pas à tord. »

 

 

*

 

L'une des plus belles scènes entre Wagner et Louis II dans le film de Visconti, là où le musicien se montre connaissant la vie, humain et compréhensif ce qu'il était bien souvent mais qu'on veut oublier à cause de quelques éclats...

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Maintenant : Bayreuth! (61 ou 62)

 

Le Festspielhaus :

 

F1000036.jpg

F1000030.jpg

 

 

 

Les fanfares qui annoncent le début des actes.

 

Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir et entendre les fanfares annonçant le début de Tristan.

(ne fonctionnera peut-être que si vous êtes sur facebook...)

https://www.facebook.com/59211582532/posts/10157587503432533?s=702524315&v=e&sfns=mo

 

 

F1000025.jpg

 

 

1904

 

 

 

F1000026.jpg

L'intérieur du Festspielhaus (photos interdites...!)

 

 

Capture-d-ecran-2011-11-24-a-22.59.51.png

 

 

 

 

L'intérieur du Festspilehaus

 

 

 

Capture-d-ecran-2011-11-24-a-17.46.42.png

 

 L’ « Abîme mystique » : à l’intérieur de l’orchestre caché du Festspielhaus

-cliquer pour agrandir -

 

 

 


 

 

Wahnfried

("la maison au luxe tapageur")

 

Capture-d-ecran-2012-05-01-a-12.07.56.png

 

F1000031.jpg

 

L'entrée vue du 1er niveau avec les pianos de Liszt et de Wagner.

 

F1000032.jpg

 

La tombe de Richard (1813 - 1883)

et de Cosima : (1837 - 1930)

 

dans le jardin de Wahnfried : "notre ultime bonheur"...

 


 

 

J'ai 18 ans et par le plus grand des "hasards" je visite le

Palazzo Vendramin à Venise

là où Wagner finit ses jours.

A cette époque (1961) on ne visitait pas.

 

Capture-d-ecran-2011-11-24-a-17.02.19.png

 

Maintenant :

  link

 

http://www.e-venise.com/musique/wagner-richard-venise-vendramin-calergi.htm

 

 

 

Capture-d-ecran-2011-11-24-a-17.49.21.png

 

 

 

 

Richard Wagner et Cosima rentrant chez eux à Venise (1883)

 

 

 

  photo.PNG

 


 

 

La plus belle gaffe de l’histoire de la musique (authentique).

 

 

Bayreuth le 21 novembre 1874

 

Capture-d-ecran-2012-04-11-a-11.29.49.png

 

Capture-d-ecran-2012-04-11-a-11.23.50.png

 

Wagner : - Ma chérie j’ai une grande nouvelle à t’annoncer ! J’ai terminé ma Tétralogie (25 ans de travail...)

 

Cosima : - J’ai reçu une lettre de papa. (Liszt)

 

Wagner furieux : Ah ! Hé bien voilà ! Dès qu’il s’agit de ton père plus rien n’existe !

 

Et Cosima s’enferme dans sa chambre toute la journée pour pleurer… !

 

Capture-d-ecran-2012-04-11-a-11.26.30.png

 

« … Et le 21 novembre enfin « jour trois fois saint et mémorable » il écrivit la dernière note de la partition.

Ce moment suprême leur fut gâté par un grossier malentendu.

 

« Vers midi, note Cosima dans le Journal, Richard m’appelle au premier et me demande de lui apporter les journaux. Comme la veille il s’était plaint d’être las, m’assurant qu’il n’aurait guère fini avant dimanche, je crus que la fatigue l’empêchait de continuer à travailler, mais j’évitais timidement de lui poser une question. Pour le distraire, je lui mis sur la table la lettre de mon père, qui venait d’arriver… Midi sonne, je le trouve en train de lire la lettre. Il me demande des explications, je lui dis ce que je pense répondre, et évite soigneusement de regarder la partition pour ne pas le blesser. Vexé, il me montre qu’elle est terminée, et me dit avec amertume que, lorsqu’une lettre de mon père arrive, toute pensée pour lui est totalement effacée. Je parviens à retenir ma douleur pendant le déjeuner, mais comme ensuite R. recommence à se plaindre amèrement, je ne puis m’empêcher de fondre en larmes et je pleure encore en écrivant ces mots. Ainsi donc la joie suprême m’a été ravie… »

 

Voir le fac-simile objet de l'incroyable dispute

tout en bas de cette page!

 

 

 

 

Capture-d-ecran-2012-04-13-a-07.43.33.png

 

 

 


 

 

Contrairement à ce que l'on pense souvent Wagner n'a jamais connu les châteaux construits par Louis II de Bavière (qui ont ruiné la Bavière de l'époque et qui maintenant en font sa richesse!)

 

F1000007.jpg

 

 

 

 

C'est au Château de famille "Hohenschwangau" que Louis II reçu plusieurs fois Wagner. A cette époque les "Châteaux de Louis II" n'étaient pas encore construits.

 

Capture-d-ecran-2012-05-01-a-10.34.29.png

 

 

 

Capture-d-ecran-2013-04-05-a-09.45.01.png

*

 

F1000016.jpg

 

Linderhof : le château préféré (et le plus laid) de Louis II.

 

F1000001

 

F1000004.jpg

 

F1000047.jpg

 

Et la fameuse grotte (en tôle!) inspirée du 1er acte de Tannhauser! (ci-dessus)

 

et l'incroyable pavillon oriental (où ses valets devaient être déguisés avec des  tenues arabes) (ci-dessous)

 

 

*

 

et maintenant : Herrenchiemsee (ci-dessous)

 

Capture-d-ecran-2012-05-01-a-11.20.17.png

 

F1000019.jpg

 

L'entrée du Château (l'autre entrée est inachevée.)

 

 

 

 

 

"Le petit Versailles" Herrenchiemsee construit à grands frais au milieu d'une île. Louis n'y a passé que deux nuits! La ressemblance avec notre Versailles est vraiment troublante. Par exemple la "galerie des glaces" (plus grande que celle de Versailles) est tellement délirante de mégalomanie et de fioritures redondantes et sans aucun style attire les rires du public. Ce qu'on voit fort bien d'ailleurs dans "Ludwig" de Visconti au moment où Sisi découvre ce château!

 

F1000011.jpg

 

*

 

Et enfin le plus fameux (d'abord au loin) :

 

F1000017.jpg

 

 

 

Puis on approche :

 

F1000020

 

F1000012.jpg

 

Neuschwanstein ("le nouveau cygne de pierre")

 

Capture-d-ecran-2012-10-22-a-17.30.22.png 

 

 

 

F1000040.jpg

 

Il ne faut pas avoir le vertige!

 

Capture-d-ecran-2013-02-10-a-14.43.37.png

 

 

 

Puis l'intérieur (horrible!) du pseudo gothique sans aucun style!

 

F1000008.jpg

 

F1000010.jpg

 

La salle des Chevaliers (inspirée vaguement du IIè acte de Tannhauser) aujourd'hui transformée en auditorium.

 

 

Et, peu connu : le dernier projet de Louis II qu'il n'arriva pas à réaliser : le château de Falkenstein.

(esquisse de Christian Jank)

 

Capture-d-ecran-2014-08-22-a-16.35.51.png

 

 

------------------------

 

 

 

 

 

Maintenant quelques documents intéressants tirés du programme de Parsifal 1961 :

 

Le plan du Festspielhaus

Le plan du Festspielhaus

Le plan de l'intérieur de la salle du Festpielhaus.

Soucieux de savoir ce que je verrais j'avais tracé mon angle de vue et pour Parsifal en 1961 (rang 15 place 5) et pour le Ring de 62 (1er balcon - construit après la mort de Wagner - dernier rang place 8 - où notoirement j'étais mieux placé.)

 

 

VISITES CHEZ RICHARD WAGNER et les châteaux de Louis II

"Mon" Parsifal - samedi 19 août 1961 !

 

Ci-dessous quelques souvenirs typiquement Wagnériens :

 

Liszt jeune alternant avec Liszt vieux :

VISITES CHEZ RICHARD WAGNER et les châteaux de Louis II
VISITES CHEZ RICHARD WAGNER et les châteaux de Louis II

 

Profils de Cosima Wagner avec Blandine et Daniela Von Bülow

VISITES CHEZ RICHARD WAGNER et les châteaux de Louis II
VISITES CHEZ RICHARD WAGNER et les châteaux de Louis II

Le portrait de Liszt à gauche est signé Ingres et dédicacé à Madame d'Agoult *

 

* la mère de celle qui sera Cosima Wagner ("geboren Liszt"! signait-elle! Peu de personnes peuvent avoir une telle filiation...!)

 

 

*

 

 

Ci-dessous l'objet de la "gaffe" historique de Cosima dont je parle plus haut : la dernière page - manuscrite - du Ring

(25 ans de travail et une obstination à toute épreuve de la part de Wagner!)

VISITES CHEZ RICHARD WAGNER et les châteaux de Louis II

Partager cette page

Repost0

Présentation

  • : Le blog de bernardcousin
  • : théâtre, musique, astronomie
  • Contact

Recherche

Liens