Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

 

Quelques pensées qui m’ont beaucoup apporté

dans la vie, et qui m'apportent encore :

 

(suite)

 

 

Capture d’écran 2013-05-05 à 07.54.09

 

 

 

 

 

Qui veut gravir la montagne commence par le bas.

 

 

Capture-d-ecran-2013-05-05-a-13.23.57.png

 

Le plus beau des voyages commence toujours par un premier pas.

 

Proverbes Chinois

 

*

 

- Seule l'éthique individuelle a caractère d'infaillibilité -

 

 

- Dans une création artistique (et scientifique) il faut toujours être prêt à tout renier ce qu'on a acquis même au prix d'un dur effort qu'on croyait juste, si l'on s'aperçoit que la conception et le travail ont été mauvaises. -

 

 

- On confond tragique et pathétique, on confond Racine et Pixérécourt (le mélodrame), Léo Ferré avec Debussy : c'est le drame de notre époque. Hermann Hesse n'a-t-il pas écrit que nous sommes dans le siècle des "variétés"? -


(BC 1962!)

 

 

 

*

"Les Français n'ont pas le sentiment de la forêt, ils n'ont que le sentiment du bois... du Bois de Boulogne!"

 

(Wagner)

 

 


 

 

Capture d’écran 2013-05-31 à 10.44.52

 

Chateaubriand : "le magicien, l'enchanteur"

 

 

"Qui change l'éducation change les Hommes."


("Essai sur les révolutions" Chateaubriand)

(sur "l'Emile" de J.J. Rousseau)

 

 

"Rancé, apercevant un religieux qui pleurait, lui tendit la main, et lui dit : "Je ne vous quitte pas, je vous précède".

Le Tasse avait adressé les mêmes mots aux frères qui l'environnaient à Saint-Onuphre." 

 

("Vie de Rancé" Chateaubriand)

 

 

"Le lendemain matin, je me rendis seul au château. On n'a rien vu quand on n'a pas vu la pompe de Versailles, même après le licenciement de l'ancienne maison du roi : Louis XIV était toujours là".

 

("Mémoire d'outre-tombe" Chateaubriand)

 

 

 

"C'était une de ces nuits dont les ombres transparentes semblent craindre de cacher le beau ciel de la Grèce ; ce n'étaient point les ténèbres, c'était seulement l'absence du jour. L'air était doux comme le lait et le miel, et l'on sentait à le respirer un charme inexprimable..."

 

 

("Les Martyrs" Chateaubriand)

 

 

Capture-d-ecran-2013-05-31-a-09.15.29.png

 

Tombeau de Chateaubriand sur l'île du Grand Bé à Saint-Malo

 

Capture d’écran 2013-06-01 à 13.18.35

Bernard COUSIN DECLAMANT !

 

 

 

« Pour se dégoûter des conquérants, il faudrait savoir tous les maux qu'ils causent... Le monde n'aperçoit en Napoléon que des victoires ; les larmes dont les colonnes triomphales sont cimentées ne tombent point de ses yeux. Et moi, je pense que de ces souffrances méprisées, de ces calamités des humbles et des petits, se forment dans les conseils de la Providence les causes secrètes qui précipitent du faît le dominateur. Quand les injustices particulières se sont accumulées de manière à l'emporter sur le poids de la fortune, le bassin descend. Il y a du sang muet et du sang qui crie : le sang des champs de bataille est bu en silence par la terre ; le sang pacifique répandu rejaillit en gémissant vers le ciel ; Dieu le reçoit et le venge. Bonaparte tua le pêcheur d'Albano ; quelques mois après il était banni chez les pêcheurs de l'île d'Elbe, et il est mort parmi ceux de Sainte-Hélène. »

 

Mémoires d'Outre-Tombe

 

 

« Sociétés depuis longtemps évanouies, combien d'autres vous ont succédé ! Les danses s'établissent sur la poussière des morts, et les tombeaux poussent sous les pas de la joie. Nous rions et nous chantons sur les lieux arrosés du sang de nos amis. Où sont aujourd'hui les maux d'hier ? Où seront demain les félicités d'aujourd'hui ? Quelle importance pourrions-nous attacher aux choses de ce monde ?
L'amitié ? Elle disparaît quand celui qui est aimé tombe dans le malheur, ou quand celui qui aime devient puissant. L'amour ? Il est trompé, fugitif ou coupable. La renommée ? Vous la partagez vous la partagez avec la médiocrité ou le crime. La fortune ? Pourrait-on compter comme un bien cette frivolité ? »

 
« vie de Rancé »
 

 

 


Sans le savoir Chateaubriand parle de l'Europe! (et de tous nos problèmes actuels!):

 
" Quelle serait une société universelle qui n'aurait point de pays particulier, qui ne serait ni française, ni anglaise, ni allemande, ni espagnole, ni portugaise, ni italienne, ni russe, ni tartare, ni turque, ni persane, ni indienne ni chinoise, ni américaine, ou plutôt qui serait à la fois toutes ces sociétés? Qu'en résulterait-il pour ses mœurs, ses sciences, ses arts, sa poésie? Comment s'exprimeraient des passions ressenties à la fois à la manière des différents peuples dans les différents climats? Comment entrerait dans le langage cette confusion de besoins et d'images produits des divers soleils qui auraient éclairé une jeunesse, une virilité et une vieillesse communes? Et quel serait ce langage? De la fusion des sociétés résultera-t-il un idiome universel, ou bien y aura-t-il dialecte de transaction servant à l'usage journalier, tandis que chaque nation parlerait sa propre langue, ou bien les langues diverses seraient-elles entendues de tous? Sous quelle règle semblable, sous quelle loi unique existerait cette société? Comment trouver place sur une terre agrandie par la puissance d'ubiquité, et rétrécie par les petites proportions d'un globe fouillé partout? Il ne resterait qu'à demander à la science le moyen de changer de planète."

 
(Mémoires d'Outre-Tombe livre 44 Edition La Pleiade)

 

 

"A mesure que l'instruction descend dans ces classes inférieures, celles-ci découvrent la plaie secrète qui ronge l'ordre social... La trop grande disproportion des conditions et des fortunes a pu se supporter tant qu'elle a été cachée; mais aussitôt que cette disproportion a été généralement aperçue, le coup mortel a été porté. Recomposez si vous le pouvez, les fictions aristocratiques; essayez de persuader au pauvre, lorsqu'il saura bien lire et ne croira plus, lorsqu'il possèdera la même instruction que vous, essayez de lui persuader qu'il doit se soumettre à toutes les privations, tandis que son voisin possède mille fois le superflu : pour dernière ressource il vous faudra le tuer." (!)

(Mémoires d'Outre-Tombe)

 

 

"Elevez nos hommes politiques à ne penser qu'à ce qui les touche, et vous verrez comment ils arrangeront l'Etat. Ils chercheront à arriver au pouvoir par mille bassesses, non pour faire le bien public, mais pour faire leur fortune. Vous n'aurez que des ministres corrompus et avides..."

 

"Le Conservateur" 5 décembre 1818

*

 

 

  « Quand on croit à l'existence d'autres mondes, on s'habitue aisément à considérer le nôtre comme le naturaliste étudie l'évolution d'une fourmilière ou d'une humble feuille d'arbre.

 

Qu'est-ce que la terre auprès de l'infini ?

 

Combien l'âme d'un homme est plus grande que les vicissitudes du globe terrestre ! Enfant des cieux ! Héritier de l'immortalité ! Quel sentiment éprouveras-tu le jour où, d'une étoile, tu laisseras tomber tes regards sur cette fourmilière et sur les commotions qui l'ont ébranlée. L'âme qui sait regarder peut déjà s'élever jusqu'aux étoiles, du milieu même de cette nécropole qu'on appelle la terre, tandis que le sarcophage qu'est la vie emprisonne encore l'impérissable dans son argile. »

 

"Zanoni" Bulwer Lytton

 

 

 

Capture-d-ecran-2013-08-03-a-13.31.21.png 

 

"Une solitude sans foi ne fait qu'augmenter la douleur"

 

 

   "Enfant, je me sentais solitaire, et je le suis encore aujourd'hui, car je sais et dois mentionner des choses que les autres, à ce qu'il semble, ne connaissent pas ou ne veulent pas connaître. La solitude ne naît point de ce que l'on n'est pas entouré d'êtres, mais bien plus de ce que l'on ne peut leur communiquer les choses qui vous paraissent importantes, ou de ce que l'on trouve valables des pensées qui semblent improbables aux autres. Ma solitude commença avec l'expérience vécue de mes rêves précoces et atteignit son apogée à l'époque où je me confrontais avec l'inconscient. Quand un homme en sait plus long que les autres, il devient solitaire. Mais la sollitude n'est pas nécessairement en opposition à la communauté, car nul ne ressent plus profondément la communauté que le solitaire; et la communauté ne fleurit que là où chacun se rappelle sa nature et ne s'identifie pas aux autres.Capture-d-ecran-2013-08-24-a-08.34.54.png 

Il est important que nous ayons un secret, et l'intuition de quelque chose d'inconnaissable. Ce mystère emplit la vie d'une nuance d'impersonnel, d'un "numinosum". Qui n'a pas fait l'expérience de cela a manqué quelque chose d'important. L'homme doit sentir qu'il vit dans un monde qui, à un certain point de vue, est mystérieux, qu'il s'y passe des choses, dont on peut faire l'expérience - bien qu'elles demeurent inexplicables, et non seulement des choses qui se déroulent dans les limites de l'attendu. L'inattendu et l'inhabituel font partie de ce monde. Ce n'est qu'alors que la vie est entière. Pour moi, le monde, dès le début, était infiniment grand et insaisissable."

Carl Gustav Jung - ( Ma vie ) Souvenirs, rêves et pensées .

 

*

 

 

 

Trouvé sur internet :

 

« Je pense qu'actuellement il y a trop souvent confusion entre le désir sexuel et l'attrait amical, fut-il passionnel. C'est à dire qu'on classifie trop vite la moindre sympathie entre hommes comme un attrait homosexuel.

Regardez toute la littérature d'Hermann Hesse : la notion d'amitié, et d'amitié affectueuse, voire d'amitié exclusive y est omniprésente.

On peut désirer être bien avec un ami. On peut désirer sa présence, on peut même désirer le toucher... On peut même dormir avec ! Mais veux-t-on vraiment « coucher » avec ?Capture-d-ecran-2014-01-20-a-10.17.44.png

Toute la littérature du Moyen Age est emprunt de ce genre d'amitié exclusive. Voyez la chanson de Roland...

Avec l'invention de la culture hétérosexuelle (à partir du XVIè siècle) tout rapprochement entre mecs est douteuse et depuis Freud et le XXè siècle toute intimité est sexualisée.

Il paraît qu'en Indonésie les gens se touchent tellement qu'il y a parfois mécompréhension et gaffe avec les occidentaux.

 

En occident le monde est divisé en deux clans, les homos et les hétéros! Mais la frontière n'est pas si nette!

Tout dépend du moment où on positionne cette frontière. En occident elle se met très vite, dès les premiers attouchements ou effleurements. Je suppose qu'en Indonésie cette frontière se ressent très tard, après le premier embrassement, après le premier enlacement. C'est une question de frontière.

Les femmes sont beaucoup plus libérées que les hommes sur ce sujet : "oh, que cette femme est belle" dans la bouche d'une femme ne pose aucun problème. "Oh que cet homme est beau" dans la bouche d'un homme : tout de suite catalogué : « pédé »! C'est triste ! Triste époque ! »

 

Fomalhaut

fomalhaut18@hotmail.fr

 

 

 

 

Il semble vraiment qu'il y ait une volonté médiatique de faire peur aux
gens par d'hypothétiques cataclysmes cosmiques. Tout est prétexte à
alertes : les éclipses de lune et de soleil, les cycles solaires et ses
tempêtes, les alignements vrais ou faux de planètes, les trous noirs ;
même l'alternance des saisons ainsi que les jours et les nuits sont
prétextes à un papier à sensation! J'ai même lu une fois : "évènement
rarissime, le solstice d'hiver"! C'est risible. Le cosmos est stable
pour plusieurs millions d'années et à part certaines comètes inconnues
rien ne viendra perturber la stabilité cosmique.
Ne trouvez-vous pas
qu'il y a vraiment des raisons plus urgentes de s'inquiéter? Le
terrorisme, le nucléaire, l'alimentation, la chimie... Et
l'abrutissement humain. On en finirait pas... Et ça, ça dépend de nous.
Pas des astres!

 

REINCARNATIONS?...

Dans "le chemin des nuages blancs" Lama Anagarika Govinda parle de son incarnation passée. On comprend assez aisément qu'il s'agirait de Novalis, poète allemand 1772 – 1801 mort jeune de la phtisie et aux écrits hautement mystiques – « Les hymnes à la nuit » (que j'ai mis en scène) « les disciples à Saïs » et surtout « Henri d'Ofterdingen ».

 

Dans l'introduction de son livre : « Dialogue avec Jean-Jacques Rousseau sur la nature » Philippe Roche écrit que sa passion pour JJ Rousseau est telle qu'il pense en être la réincarnation.

Un auteur mystérieux au pseudonyme étrange, Agalmar, raconte ce qui se
passe dans la tête de Richard Wagner entre sa mort et sa réincarnation.
Sans rien l'avouer se croirait-il aussi la réincarnation de Wagner?!
Mais attention aux illusions !…

http://agalmar.over-blog.com/pages/LE_NIRVANA_de_RICHARD_WAGNER_3e_conte-6491568.html

PENSEES (N° 2)
PENSEES (N° 2)

Partager cette page

Repost0

Présentation

  • : Le blog de bernardcousin
  • : théâtre, musique, astronomie
  • Contact

Recherche

Liens